You are currently viewing Est-il permis de réciter le Coran durant les menstrues ?
Est-il permis de réciter le Coran durant les menstrues ? - Mon Quran et moi

Est-il permis de réciter le Coran durant les menstrues ?

Question : La femme qui a ses menstrues peut-elle réciter le Coran ?

Réponse : Il y a principalement trois positions qui ont été exprimées à ce sujet.

1/ Selon les oulémas hanafites, châféîtes et hambalites, il n’est pas permis à la femme qui est en état de haydh (menstrues) ou de nifâss (lochies) de réciter le Qur’an. Il s’agit là de la position notamment des oulémas hanafites,châféites et hambalites.

Cet avis repose principalement sur les deux éléments suivants :

  • Ibnou Oumar (radhia Allâhou anhou) rapporte du Prophète Mouhammad (sallallâhou ‘alayhi wa sallam) qu’il a dit :

لا تقرأ الحائض ولا الجنب شيئا من القرآن

« La femme en état de haydh et le djounoub (la personne en état d’impureté rituelle majeure) ne réciteront rien du Qur’an. » (Tirmidhi)

Il est important de souligner cependant que les spécialistes de la science des Ahâdîth (comme l’Imâm Boukhâri (rahimahoullâh), l’Imâm Al Bayhaqui (rahimahoullâh) et l’Imâm Ahmad (rahimahoullâh)) ont émis de sérieuses réserves concernant la fiabilité de cette Tradition prophétique en raison d’un des narrateurs présents dans la chaîne de transmission (Ismâïl ibn ayyâch).

– Oumar (radhia Allâhou anhou)[1] et son fils, Abdoullâh ibn Oumar (radhia Allâhou anhou)[2] avaient émis des Fatâwa (avis juridiques) interdisant à celle qui est en état de haydh de réciter le Qur’an. Et comme le souligne certains savants, sur ce genre de questions rituelles où une opinion ne peut être établie par simple analogie, l’avis d’un Compagnon (radhia Allâhou anhou) repose forcément sur un enseignement émanant du Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam).[3]

– Selon l’opinion de certains autres savants (c’est là l’avis qui fait autorité chez les mâlékites[4]), il est tout à fait permis à la femme en état de haydh de réciter le Qur’an, étant donné que les Ahâdîth d’interdiction à ce sujet ne seraient pas authentiques ou explicites ; la règle qui prévaut est donc celle de la permission. Il est à noter que les mâlékites précisent que, lorsque le haydh est terminé, la femme ne devra plus réciter le Qur’an avant d’avoir pris son bain rituel.[5]

– D’autres savants encore (c’est là un autre avis rapporté de l’Imâm Mâlik (rahimahoullâh)) sont d’avis que, vu la divergence d’opinions existant sur la question, il est préférable que la femme en état de haydh évite de réciter le Qur’an (suivant le principe de précaution), sauf en cas de besoin, comme par exemple :

1) Si elle est confrontée au risque d’oublier le Qur’an qu’elle a mémorisé si elle reste trop longtemps sans le réciter,

2) Si elle a l’habitude de réciter certaines portions du Qur’an le matin ou le soir et qu’elle désire continuer cette pratique,

3) Si elle enseigne le Qur’an à d’autres et qu’elle doit faire son cours,

4) Si elle est en train d’apprendre le Qur’an et qu’elle a besoin de le réciter devant son professeur.[6]

Wa Allâhou A’lam !

Par Sheikh Mohammad Patel

Sources : Musulmane.com


Notes :

[1] « Mousannaf ibn abî chaybah » – Volume 1 / Page 98

[2] « Nasb oul Râya » – Volume 1 / Page 195, qui cite Abou Hâtim. Voir également « Touhfat oul Ahwadhi » – Volume 1 / Page 347 et « Tanqîh tahqîq ahâdîth at ta’lîq » – Volume 1 / Page 135

[3] « I’lâous Sounan » – Volume 1 / Page 267. Selon les rapports de l’Imâm At Tirmidhi (rahimahoullâh) et de l’Imâm An Nawawi (rahimahoullâh), cet avis est celui de la majorité des oulémas, parmi lesquels on trouve notamment Oumar (radhia Allâhou anhou), Ali (radhia Allâhou anhou), Djâbir (radhia Allâhou anhou), Al Hassan (rahimahoullâh), Az Zouhriy (rahimahoullâh), An Nakhaï (rahimahoullâh), Qatâdah (rahimahoullâh), Ishâq (rahimahoullâh).

[4] Il s’agirait aussi là de l’avis de Ibnou Abbâs (radhia Allâhou anhou), de Ibnoul Moussayib (rahimahoullâh), de Ikramah (rahimahoullâh), de l’Imâm Boukhâri (rahimahoullâh), de Ibn oul Moundhir (rahimahoullâh), des savants dhâhérites et de Ibnou Taymiyah (rahimahoullâh).

[5] Al Fiqh oul Islâmiy » – Volume 1 / Pages 385 et 471

[6] « Madjmou’oul Fatâwa » de Ibnou Taymiyah30

Cet article a 7 commentaires

  1. sandra

    salam alaykoum il faut lire l’avis de Ibn Hazm ainsi que Ibn Taymiya car ils ne l’inrterdissent pas ainsi que certains de nos savants contemporain comme Cheikh Albany rahimoullah Allah
    ((Les hadiths interdisant la récitation à la femme en état de menstrues ou de lochies ne sont pas authentiques, il apparaît que l’avis autorisant la récitation (par cœur) soit prépondérant. Malgré l’état d’impureté, on revient au hadith de ‘Aishah : « Le Prophète (salallahu’ alayhi wasalam) se rappelait d’Allah en toute situation. », et le Qur’ân est une forme de rappel, et personne ne peut interdire sa récitation, sauf avec une preuve authentique. Cette question étant très répandue, si il y avait eu une interdiction claire, celle-ci aurait été transmise, mais ce n’est pas le cas. Il n’est pas non plus exact de faire une analogie avec l’homme en état de grande impureté, car lui peut se purifier par l’eau s’il en dispose et peut l’utiliser, ou par le Tayammum s’il n’a pas d’eau, tandis que la femme doit nécessairement attendre la fin de sa période. De plus, la période n’est pas la même pour l’homme et la femme, l’homme peut se purifier rapidement, alors que pour la femme cela est beaucoup plus long et qu’elle peut avoir besoin de lire le Qur’ân. Enfin, nous avons vu que même pour l’homme en état de grande impureté il était permis de réciter (par cœur) le Qur’ân.))

    1. Mourad Ibn Jamel

      Wa aleyki salam wa rahmatullahi wa barakatuj BarakAllahu fiki ukhti, aurais-tu des références pour que nous puissions voir à la source les commentaires que tu nous apportes?

  2. Ummimarwani

    As salamu 3alaykum wa rahmatuLLAHi wa barakatuh
    Il faudrait mettre des hadith authentiques sur la question qui préoccupent de nombreuses soeurs sur ce sujet
    Ou des avis de savants contemporains

    1. Mourad Ibn Jamel

      Wa aleykum salam wa rahmatullahi wa barakatuh

      Si ces sommités cités dans cet article n’ont pas mentionné d’ahadiths, c’est parce qu’il n’y en a pas. En effet, le Mushaf n’existait pas à l’époque du prophète (saw).

  3. Ummimarwani

    As salamu 3alaykum wa rahmatuLLAHi wa barakatuh
    On parle du Coran en arabe? Qu’en est il du Coran français arabe? La femme peut elle le lire en état d’impuretés? Qu’en est il des applications sur téléphone une femme peut elle lire le coran en arabe dans cet état?
    Le femme peut elle l’écouter en contrepartie pendant cette période?
    Quel avis choisir?
    Merci beaucoup car ce sujet est très delicat

    1. Mourad Ibn Jamel

      Wa aleyki salam wa rahmatullahi wa barakatuh

      N’ayant pas les compétences pour répondre à vos questions (qui sont très intéressantes soit dit en passant) je vous suggère de vous rapprocher d’un sheikh qui pourra vous diriger dans ce sens in sha Allah.

Laisser un commentaire