BLOG

BISMILAH !

2048x1536-fit_plus-vieilles-versions-manuscrites-coran-22-juillet-birmingham.jpg

A propos des fragments du Coran retrouvés à Birmingham

La nouvelle secoue la toile depuis quelques jours, selon la BBC un étudiant doctorant de l’université de Birmingham aurait trouvé des fragments du Coran – datant de l’époque de la révélation – en s’intéressant à un livre qui prenait la poussière dans la bibliothèque de son université. Suite à cette découverte les musulmans du monde entier ont relayé l’information car il s’agirait très probablement de la plus ancienne version que nous puissions avoir du livre d’Allah même si dans ces feuillets de l’époque ne figurent que quelques fragments de sourates et non la totalité du livre.

 

Pour ma part j’ai préféré prendre du recul car en tant que sociologue on nous apprend à traiter l’information et surtout à prendre soin de traiter les sources. Qui plus est, cette découverte a été faite par des non-musulmans, et j’aurai aimé savoir ce qu’en pensent NOS savants. C’est alors que j’ai découvert ce post sur le mur Facebook d’un frère qui m’est très cher qui est imam, hafiz Al Qur’an et doctorant en psychologie. Je le partage avec vous car il permet de remettre les pendules à l’heure in sha Allah.

 

Notre Sheikh (Sheikh Aymen Swaid, spécialiste des sciences relatives au Qur’an de notre époque – qu’Allah l’ait en Sa protection), a livré son commentaire avec prudence au sujet de la version du Qur’an qui a été retrouvé.

Sheikh Ayman Suwaid - Mon Quran et moi

Sheikh Ayman Suwaid – Mon Quran et moi

Il existe le risque que certains prennent cette version comme une référence pour en juger les autres, or on sait que le travail de Zayd ibn Thabit (qu’Allah l’agréé) qui, rappelons-le, est le compagnon qui a assisté à la dernière compilation du Qur’an avec le prophète (saw) et qui était également l’un des scribes de la révélation. Il faisait partie de la fameuse commission dont le travail consistait à se baser sur les traces écrites et leur conformité avec ce qui a été mémorisé !

 

On sait aussi que Othmane (qu’Allah l’agréé) a éliminé toutes les versions personnelles écrites par certains compagnons qui écrivaient parfois leurs commentaires en marge du texte pour ne se baser que sur le Mushaf imam (la version finale) ! La version qui a donc été retrouvé peut être une version personnelle de l’un des compagnons ou autres, mais la vraie question est la suivante :

 

Qui a retranscrit la version qui a été trouvé à Birmingham? Cliquez pour tweeter

 

Car methodologiquement on ne prend pas le texte d’un inconnu ! Et sur quelle version écrite s’est-il basé pour écrire cette version? C est le point culminant de la problématique!

 

La méthodologie des savants musulmans quant à l'étude des textes diffère de celle des orientalistes ! Cliquez pour tweeter

 

Tout est possible, mais il faut savoir que ce travail de compilation a commencé à l’époque de Abu Bakr (qu’Allah l’agréé) et a été finalisé à l’époque de Othmane (qu’Allah l’agréé)! ZAyd (qu’Allah l’agréé) malgré qu’il connaissait le Coran par cœur tout comme de nombreux compagnons, il exigeait tout de même dans son travail de compilation que tout extrait rapporté doit être certifié par deux témoins qui témoignent que cet extrait a été écrit bel et bien avec l’accord du prophète (saw). Des critères des plus draconiens ont toujours été exigés en confrontant l’écrit avec le mémorisé…

Par Rabie Fares

 

En définitif ces feuillets peuvent être authentiques et peuvent remonter au prophète (saw). Mais il faut savoir distinguer la vérité historique de la vérité scientifique relative aux sciences islamiques. Tout comme nous ne prenons pas les Ahadiths de n’importe qui, nous ne prendrons encore moins les parchemins rapportant la parole d’Allah de n’importe qui.

 

Voici la vidéo avec le rappel de Sheikh Ayman sur le sujet :

 

Et Allah est plus savant

#ShareTheKhayr

A propos de l'auteur...

Mourad Ibn Jamel

Fondateur de Mon Quran et moi, Coach Quran et auteur du guide des itinérants du Coran (la méthodologie ultime pour mémoriser le noble livre), lu et appliqué à travers le monde par des milliers d'itinérants du Coran.

Mourad Ibn JamelA propos des fragments du Coran retrouvés à Birmingham

Join the conversation